Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
profSVT OEHMICHEN

profSVT OEHMICHEN

Exercices corrigés, schémas & conseils méthodologiques pour progresser en SVT (niveau Lycée)

Comparaison des gaz à effet de serre

Comparaison des gaz à effet de serre

ppm = parties par million, soit un rapport de 10-6

Il ne s’agit donc pas réellement d’une concentration

Ex : sur 1 000 000 de molécules atmosphériques, 390 sont du CO2

 

 

Les activités humaines rejettent chaque année dans l’atmosphère une diversité de gaz à effet de serre en quantité variable. Ainsi, entre 1750 et 2011, la concentration atmosphérique a augmenté d’environ 139 % pour le dioxyde de carbone ; 136 % pour l’ozone troposphérique ; 256 % pour le méthane ; 122 % pour le protoxyde d’azote ; Les gaz fluores, inexistants en 1750, ont été fortement rejetés dans la seconde partie du XXe siècle et ont atteint en 2011 une concentration de l’ordre de 0,001 ppm.

Les rejets anthropiques de GES modifient le bilan radiatif de la Terre. Les différents GES ne se valent pas car leur concentration atmosphérique n’a pas augmenté de la même façon, ils n’ont pas le même effet radiatif (un GES qui absorbe fortement et sur une gamme de longueur d’onde large aura un impact important sur le forçage radiatif) et ils ne résident pas aussi longtemps dans l’atmosphère (par exemple pour les gaz fluorés qui sont synthétisés exclusivement par l’industrie chimique, il n’existe aucun processus naturel ou "puits" pour éliminer ces gaz de l’atmosphère : leur temps de résidence dans l’atmosphère est donc considérable).

 

Pour permettre de comparer l’effet de serre généré par les différents GES, un indice a été conçu : le PRG.

La comparaison qui peut être réalisée est particulièrement informative. L’émission d’une même quantité de différents GES n’a donc pas la même conséquence au niveau du forçage radiatif : une certaine quantité de CO2 modifie moins le bilan radiatif que la même quantité de CH4, de N2O ou surtout de gaz fluore (PRG 25 fois à 22 800 fois supérieur à celui du CO2 à l’horizon 100 ans).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article