Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
profSVT OEHMICHEN

profSVT OEHMICHEN

Exercices corrigés, schémas & conseils méthodologiques pour progresser en SVT (niveau Lycée)

DS spécialité _ Génétique

 

A partir de l’analyse des documents fournis, indiquez si l’horticulteur peut créer une variété de rosier « remontant à fleurs roses » qui conserve ce phénotype d’une génération à l’autre lorsqu’elle se reproduit de façons naturelle.

DOCUMENT 1 = Reproduction sexuée des rosiers

  La reproduction sexuée des plantes à fleurs nécessite une pollinisation : du pollen produit par des étamines (organes reproducteurs mâles) se dépose sur des carpelles (organes reproducteurs femelles). Chez les rosiers, chaque fleur possède à la fois des étamines et des carpelles. Dans les conditions naturelles, les carpelles d’un individu sont le plus souvent pollinisés par du pollen produit par le même individu (auto-pollinisation)

 

DOCUMENT 2 = Expériences d’auto-pollinisations

 Chez les rosiers, un horticulteur s’intéresse à deux caractères :

-          Le caractère « nombre de floraisons » : les rosiers peuvent être remontants (capables de fleurir plusieurs fois par an) ou non remontants (ils ne fleurissent qu’une seule fois par an) ;

-          Le caractère « couleur des fleurs » : les rosiers peuvent être à fleurs rouges, blanches ou roses.

On admet que chacun de ces deux caractères est monogénique (c’est-à-dire contrôlé par un seul gène)

L’horticulteur dispose de deux variétés de rosiers :

-          La variété P1 est non remontante et  fleurs rouges

-          La variété P2 est remontante à fleurs blanches

L’horticulteur réalise une auto-pollinisation sur des plantes P1. Il n’obtient que des rosiers non remontants à fleurs rouges. De même, il réalise une auto-pollinisation sur des plantes P2. Il n’obtient que des rosiers remontants à fleurs blanches.

 

DOCUMENT 3 = Expériences de pollinisations croisées

L’horticulteur réalise une pollinisation croisée entre P1 et P2 : il dépose du pollen de rosiers P1 sur des carpelles de rosiers P2. Il obtient la génération de rosiers F1, tous non remontants à fleurs roses.

L’horticulteur réalise ensuite une pollinisation croisée entre F1 et P2 ; il dépose du pollen de rosiers F1 sur des carpelles de rosiers P2.

Il obtient les rosiers suivants (génération F2)

-          248 rosiers non remontants à fleurs blanches

-          253 rosiers non remontants à fleurs roses

-          249 rosiers remontants à fleurs blanches

-          250 rosiers remontants à fleurs roses

 

PROPOSITION DE CORRECTION

Introduction (rappel sujet)

Document 1 REPRODUCTION SEXUEE DES ROSIERS

·         Document structure d'une fleur

·         Etamines => pollen = gamètes mâles

·         Carpelles => ovules = gamètes femelles

·         Reproduction sexuée par autopollinisation

 

Document 2 EXPERIENCES D'AUTOPOLLINISATION

·         Présentations de la variété des phénotypes

·         Variétés P1 : non remontants / fleurs rouges

·         Variétés P2 : remontants / fleurs blanches

·         Autopollinisation donne toujours même phénotype

·         Les parents P1 et P2 sont de souches pures

ð  génotype homozygote pour les gènes "nombre de floraisons" et "couleur des fleurs"

 

Document 3 EXPERIENCES DE POLLINISATION CROISEE

·         Création F1 par croissement P1+P2

·         Uniformité des hybrides de 1ère génération

·         Rosier non remontant à fleurs roses

·         Allèle non remontant (N) dominant / Allèle remontant (n) récessif

·         Allèles blanc (W) et rouge (w) codominants

·         Génotype P1 (N//N; w//w) | Génotype P2 (n//n; W//W) | Génotype F1 (N//n; W//w)

·         Réalisation croisement F1xP2 (pas croisement test car P2 n'est pas double récessif)

·         Résultats équiprobables => gènes indépendants

·         Réalisation d'un échiquier de croisement

·         Autopollinisation F2 "remontant fleurs roses" pour connaître stabilité des phénotypes

·         Réalisation d'un échiquier de croisement

 

CONCLUSION

Création "remontant à fleurs roses" possible mais problème d’hétérozygotie, seuls 50% des descendants conserveront le phénotype voulu

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article